Lettres de Jan Praud, 6ème RIC, tué au bois de la Gruerie le 14 juillet 1915

Jean-Marie dit Jan PRAUD a 30 ans quand la guerre est déclarée. Voyageur et aventurier, il a séjourné en Abyssinie, avant de partir en Chine où il travaille dans la construction de chemins de fer. A l’annonce de la déclaration de guerre, Il demande immédiatement son rapatriement pour aller se battre et rentre en France avec un bataillon de volontaires réservistes en février 1915. Il appartient au 6ème régiment d’Infanterie coloniale. Il est caserné à Lyon où il reste jusqu’à début avril. De Lyon, il envoie des lettres à sa famille qui disent son impatience à rejoindre le front. Le 13 avril il est déjà à Chaumont et va rejoindre sa compagnie. Ses premières lettres des tranchées datent du 15 avril. Il est basé dans le secteur du Four-de-Paris, d’où il écrit à sa famille. Il meurt le 14 juillet 1915 au Bois de Gruerie.

Lettres du Lieutenant Pierre Monnier – 46ème R.I. (2ème Partie)

2ème partie des lettres de Pierre Monnier, Lieutenant au 46ème Régiment d’Infanterie, jusqu’à celle qu’il écrira la veille de sa mort le 8 janvier 1915 dans le ravin des Meurissons

Lettres du Lieutenant Pierre Monnier – 46ème R.I. (1ère Partie)

Pierre MONNIER, Lieutenant au 46ème R.I. fait parti de ces jeunes officiers tombés avec gloire en Argonne.
Le 8 janvier 1915, en se lançant au-devant de l’ennemi qui avait forcé la première ligne de tranchées, il fut atteint d’une balle au cœur au moment où il criait : « A la baïonnette, mes amis! ». En forêt une stèle porte aujourd’hui son nom. Nous publions ici la première partie des lettres qu’il avait écrit à ses parents pendant les premières semaines de la guerre.

Témoignage : Une attaque en Argonne – janvier 1915

Récit d’un collaborateur du journal l’Humanité, mobilisé et se trouvant en Argonne fin 1914, début 1915. Evocation des combats et notamment de la présence des garibaldiens : le corps de Bruno Garibaldi ramené à la Forestière, le retour des combats du 6 janvier 1915.

TEMOIGNAGE : Lettres de l’Abbé DUTHOIT, aumonier militaire à Clermont en Argonne puis Salvange

Les lettres de l’Abbé Louis DUTHOIT, aumônier volontaire, qui trop fatigué pour poursuivre avec son régiment s’installe à Clermont-en-Argonne lors du passage de celui-ci début septembre 1914. Il se liera d’amitié avec Soeur Gabrielle qu’il aidera dans sa tâche avant de partir s’installer à l’ambulance de Salvange. Il y mourera de maladie le 14 mars 1916

TEMOIGNAGE : Lettre d’un soldat de l’Infanterie Territoriale relatant un combat en Argonne (fin 1914 – début 1915)

Lettre d’un soldat français de l’Infanterie Territoriale relatant un combat auquel il a pris part en Argonne probablement fin 1914, début 1915 (combats du 8 janvier ?). Lettre parue dans le journal Le Petit Parisien, du 20 janvier 1915.

Témoignage : Un Chasseur à pied relate les combats de juin-juillet 1915

Une lettre d’un officier de Chasseurs à Pied relatant les derniers combats en Argonne. Probablement le récit des combats de fin juin 1915.

  • counter for wordpress