La IIIème Armée française en Argonne – 4ème période : 8 septembre 1915 au printemps 1916

Historique de la IIIème Armée

en Argonne

4ème période : 8 septembre 1915 au printemps 1916

 

Source : Historique de la IIIème Armée en Argonne, 1914-1916 – SHAT

 

Cette attaque marque la fin des grandes entreprises de l’ennemi. La fin de septembre est occupée par le 10ème C.A. à la préparation de sa mission offensive entre Aisne et Argonne. Malgré la grosse activité de minen, d’artillerie et d’engins de tranchée qui ne cesse de régner en Argonne, l’ennemi ne fait aucune tentative d’attaque. On travaille de part et d’autre à la réorganisation des positions. Aussi bien au 5ème C.A. qu’au 10ème un gros effort se poursuit dans ce sens. Commencé en juillet au moment où l’arrivée à la IIIème Armée de la 128ème Division et de la 15ème D.I.C. lui donne des bras, cet effort commence dès la fin de Septembre à produire ses effets. Des lignes sérieuses existent avec défenses accessoires. L’effort va se continuer par la création d’abris et de communications.

Le 25 septembre, dès l’après-midi, les bataillons au repos des troupes de l’Argonne Occidentale, sont envoyées en Champagne ; on les identifie à la Main de Massiges. Ils vont rester en Champagne plusieurs mois et ne reviendront que peu à peu dans le courant de l’hiver et du printemps. Les actions de Champagne contribuent à décongestionner l’Argonne.

Le 27 septembre cependant, une vive attaque se produit sur le 5ème C.A. à la Fille Morte, à la jonction des 9ème et 125ème D.I. Après un violent bombardement qui dure de 7h à 13h, l’ennemi attaque. Il pénètre dans deux de nos ouvrages. Des contre-attaques immédiates reprennent une partie du terrain. Le lendemain, une nouvelle contre-attaque reprend quelque terrain. L’ennemi ne conserve qu’une faible partie de notre ligne de part et d’autre de l’observatoire O.9 Il a en résultat subi un échec sérieux dû à l’amélioration de notre organisation défensive.

Dès lors les Allemands restent sur la défensive. Ils demeurent très actifs dans l’emploi des mines, dans la lutte d’engins de tranchée ; ils n’attaquent plus ; partout leurs travaux revêtent l’apparence de travaux défensifs.

De notre côté l’organisation du terrain se poursuit avec une grande activité. Le répit que nous laisse l’ennemi nous permet de mettre rapidement sur pied une organisation qui se perfectionne de jour en jour.

Au printemps 1916 quelques coups de main bien préparés et hardiment exécutés permettent à notre Infanterie d’affirmer sa valeur en face d’une ennemi qui n’est, lui, manifestement plus le combattant de 1915 et 1915

 

1ère période : Septembre 1914 au 8 janvier 1915 >

2ème période : 8 janvier au 20 juin 1915 >

3ème période : 20 juin au 8 septembre 1915 >

4ème période : 8 septembre 1915 au printemps 1916

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • counter for wordpress