Poême : A ceux de l’Argonne – Marthe B.

A ceux de l’Argonne

 

O vous les combattants de la forêt guerrière,

Si les ordres du chef doivent être obéis

Quand il vous interdit un regard en arrière

Ecoutez cependant la clameur du pays.

Nous sommes vos femmes, vos mères

Applaudissant à vos exploits

Et, pour en être solidaires,

Nous vous crions, Fils des Gaulois

Nos redoutez pas nos étreintes,

Car nos bras d’un geste fervent

Vous excitant aux luttes saintes,

Nos bras sont tendus en avant

Vers les guérets et les frontières

Souillés par les envahisseurs,

Par les lâches incendiaires

Qui martyrisèrent nos sœurs…

………………………………………………

Dans chaque foyer, vide et morne

Depuis que l’époux est parti,

Notre rêve d’amour se borne

Au sacrifice consenti.

Chaque maman parle du père ;

Pour qu’il revienne triomphant

Elle joint en une prière

Les mains de son petit enfant…

……………………………………………….

Et le soir, ayant fait très simplement nos tâches,

Des lettres de l’absent, nous ouvrons le coffret.

Parfois un pleur aux cils nous fait paraitre lâches,

Mais c’est un pleur d’orgueil et non pas de regret.

Oh ! ces lettres de guerre, ces lettres de gloire

Où jamais ne parait une trace d’ennui !

Comme vous attendez fermement la victoire !

Comme nous y croyons avec vous aujourd’hui !

 

Marthe B

 

Source : BDIC – Rigolboche n°11 – 25 Mai 1915

Commentaires fermés

  • counter for wordpress